Web sémantique

(Présentation de Sabrine SAAD – Faculté des lettres et des sciences humaines)

A partir d’une référence Texte : Web sémantique de Tim berners, James Hendler , Ola Lassila—Lee (2001)

Le web sémantique vise à rendre le contenu des ressources du World Wide Web utilisable pas les programmes et agents logiciels, grâce à un système de métadonnées formelles, utilisant aussi la famille de langages développés par le W3C. C’est un moyen de publier et de consulter des documents. Ces documents ne contiennent pas des textes en langage naturel mais des informations formalisées pour être traitées directement. Le Web sémantique est fondé sur les protocoles et les langages standards du Web comme http, RDF (Resource Description Framework) et URI (Uniform Resource Identifiers).

Le format RDF permet de définir  les métadonnées afin de préciser les caractéristiques d’une information.

Pour Tim Berners-Lee, il s’agit d’arriver à un « web Intelligent » où les informations ne seront plus stockées mais « comprises » par les ordinateurs afin d’apporter aux utilisateurs ce qu’il cherche.

En effet, les informations sont reprises par des êtres Humains grâce à des moteurs de recherche qui eux seuls comprennent les informations à leur manière. Or ces moteurs de recherche sont limités. Le web sémantique a pour but de ranger cette grande masse d’informations en un « index hiérarchisé ».  Le web sémantique reste un groupement de données divers qui proviennent de différentes sources mais la différence est que la réponse à une demande provient de sources dites fiables. Le web sémantique doit pouvoir suggérer des modifications (système proche du Wiki) et permettre la correction de données. Les informations seront signées et datées.    (Selon les recherches du W3C).

Le web sémantique ne peut pas remplacer le langage et la compréhension humaine, ce n’est pas une intelligence artificielle mais le but est de regrouper l’information de manière utile et plus hiérarchisé.

Cette technologie est souvent appelé « représentation de la connaissance ». Le Web sémantique permet aux machines de comprendre les documents et les données mais évidement pas la parole ni les écrits humains.  Les créateurs du Web sémantique soutiennent un échange de « preuves » écrites dans le langage unifié sémantique ? Exemple : si vous désirez retrouver une personne  dont vous ne connaissez que le nom de famille (Cook) et vous savez qu’elle travaille dans une université, ce programme de recherche peut filtrer les pages et personnes dont le nom est Cook  (en sautant toutes les pages  relatives à cooks, cooking, …), pour trouver les liens directs. Ainsi, après que vous trouvez la réponse vous désirez  vérifier cela, alors votre ordinateur va demander au service de prouver en traduisant son raisonnement interne en langage unifié du Web sémantique.  Pour ces chercheurs, le Web sémantique pourra favoriser l’évolution de la connaissance humaine dans son ensemble, car il est flexible.  Les agents utilisateurs et producteurs peuvent parvenir à un état de compréhension mutuelle en échangeant des ontologies qui fournissent le vocabulaire nécessaire à la discussion.

Il existe des standards propres au Web sémantique :

OWL : Il s’agit du Web Ontology Language ; c’est un langage permettant de créer des ontologies.

Pour les chercheurs du Web, l’ontologie est « un document ou un fichier qui définit de façon formelle les relations entre les termes ».

Il permet de définir des terminologies (La terminologie est l’ensemble des termes, rigoureusement définis, qui sont spécifiques d’une science, d’une technique, d’un domaine particulier de l’activité humaine) pour décrire des domaines concrets. Une ontologie est l’ensemble structuré des termes et concepts représentant le sens d’un champ d’informations, comme les métadonnées ou les éléments d’un domaine de connaissances. Les ontologies sont employées dans le Web sémantique comme une forme de représentation de la connaissance. Les ontologies sont une solution à certains problèmes comme les problèmes de terminologie. Ils peuvent valoriser le fonctionnement du Web, pour améliorer la pertinence des recherches. Des applications utiliseront des ontologies pour associer l’information d’une page à des structures de connaissance et à des règles. ? Exemple : Par exemple, une personne arrive sur la page d’accueil d’une clinique, saura non seulement que la page a des mots clés comme « traitement, médecine, physique, thérapie » mais aussi qu’un médecin X travaille dans cette clinique, les lundi, mercredi, jeudi. Le script fait un classement par date en un format et renvoie des heures de rendez-vous.

Une ontologie est définit comme la conceptualisation des objets reconnus comme existant dans un domaine, de leurs propriétés et des relations les reliant. Leur structure permet de représenter les connaissances d’un domaine sous un format informatique en vue de les rendre utilisables pour différentes applications. Dans le Web sémantique, les ontologies vont fournir le vocabulaire et les structures sémantiques.

Print Friendly