« Digital Natives ? Investigating young people’s critical skills in evaluating web based information »

 

 

« Digital Natives ? Investigating young people’s critical skills in evaluating web based information »

 

Huw C. Davies, Susan J. Halford, Nick Gibbins

 

Selon l’article, le terme « Digital Natives » a pris naissance pendant les années 2000. Il est devenu spécifiant d’une génération de «  jeunes qui se sont développés des capacités et des compétences peu reliées avec les curricula scolaires existants ».

 

En outre, d’après les auteurs, le monde actuel témoigne de «  l’émergence d’un nouveau paradigme caractérisant ces jeunes utilisateurs qui ont besoin d’être encadrés par des systèmes éducatifs convenables » pour développer leur pensée critique.

 

Ce travail présente une recherche qualitative afin d’explorer les différences et les similitudes entre deux groupes de jeunes utilisateurs du Web ayant des origines socioculturelles contrastées.

 

Les chercheurs présentent dans l’introduction l’état des lieux théorique ,c’est-à-dire  l’ensemble des ouvrages effectués précédemment et  traitant les différentes  façades du sujet.  Ces travaux montrent que « les jeunes apprenants développent des capacités à travers leurs expériences personnelles » et changent  ainsi de statut : ils ne sont plus  «des récipients passifs de l’instruction ».

 

Dans cet ouvrage, les chercheurs ont essayé  de « mettre en évidence des processus plus complexes de la différenciation des utilisateurs du Web » en observant les deux groupes de jeunes selon la technique du « focus group » pour mettre en évidence « leur pensée critique » et démontrer par la suite «  leurs capacités critiques ».

 

Le processus expérimental  adopté est la méthodologie comparative. Il s’agit de sélectionner deux échantillons venant d’origines socioculturelles contrastées :

 

  • Le premier est formé de 11 personnes sélectionnées d’une série d’écoles indépendantes et prestigieuses, appelée « Kings ».
  • Le second groupe, formé de 6 personnes, sélectionné d’un club de jeunesse appelé « Colours », qui s’ occupe de l’ instruction des jeunes entre 13 et 19 ans et de leur divertissement.

 

La conduite des focus groupes a était faite dans des conditions informelles où on a exposé aux jeunes des résultats de recherche, des pages de Wikipédia et le contenu de divers site web comme BBC et l’Association Homéopathie Britannique.

 

Pour analyser leurs résultats, les chercheurs ont eu recours à la « conception de l’habitat de Bourdieu ». Cette conception relie la pensée critique à des phénomènes sociaux comme l’influence de la société dans sa large conception sur le développement des normes et des valeurs chez les jeunes.

 

Les résultats montrent que les capacités et les compétences sont directement reliées à des contextes sociaux comme l’environnement familial, les pairs et l’ éducation : les étudiants en Kings ayant un « habitat diffèrent » que celui de Colours, présentent une pensée critique plus développée que ceux de Colours. Cependant, les chercheurs ont trouvé que cette faculté de pensée critique chez les étudiants en Kings était limitée au contexte.

 

Dans la conclusion, les chercheurs ont clôturé leur travail en expliquant que  « l’acquisition d’une pensée critique est reliée fortement à  l’ habitat des jeunes », en particulier « leur système éducatif formel» ; et ils ajoutent qu’il est essentiel que tout «programme d’alphabétisme digitale doive reconnaitre, accommoder et mobiliser cette explication pour pouvoir  améliorer ses résultats ».

 

Print Friendly